Archives de Catégorie: Movies

The We and the I : la puissance de Gondry

Par défaut

Bon… Le film est sorti il y a plus d’un mois certes je  suis à la ramasse mais ça méritait que j’en parle.

Qu’on se le dise :c’est une pépite.

En tant que supportrice, admiratrice, et tout le tintouin de Mr Gondry (Michel de son prénom) je suis forcément partie avec un apriori positif sur le sujet malgré quelques craintes d’un délire trop poussé du réalisateur, qu’on sait « original ».

C’est vrai qu’un film qui se passe à huit clos dans un bus ça peut en rebuter quelques uns, le sujet des jeunes du Bronx -toujours-dans le bus ne parait pas folichon non plus. On est dans le flou. Mais justement c’est là qu’intervient le maître:

Tout est construit minutieusement et subtilement pour cadrer et approfondir un sujet d’apparence brouillonne.

Le bus est la scène, le théâtre des jeunes, le temps est le dénominateur, le cadre qui permet de découper en 3 parties le scénario (The bullies, The We, The I) . Le jeunes dans le bus, le jeune dans sa bande, et le jeune seul, en tant qu’individu. Doucement on s’approche des personnages et des histoires personnelles de chacun.  C’est presque un film sociologique. Il creuse Gondry, plus qu’il ne veut bien le laisser paraitre. L’ado devient mature au fil du trajet, pris sous un angle brut et touchant à la fois.

C’est un film léger et dur  mais aussi profondément drôle même si on tend sérieusement vers de la cruauté. C’est le chaos, un tourbillon d’interactions, d’histoires mêlées, de la joute verbale aux allures modernes.

La fraicheur des acteurs fait plaisir , leur naturel aussi. On s’en prend plein les oreilles et que du  BON   !!!

(Sisi écoutez !)

Et c’est surtout filmé magistralement, il y a un vrai style, une maitrise hallucinante de toutes les techniques inimaginable, du toupet, des risques et ça passe à chaque fois.Appréciable aussi:  on nous montre un New York dégueulasse, pas attrayant pour deux sous, et ça ne fait pas de mal de se rappeler que NYC n’est pas seulement Manhattan et Central Park mais aussi tous ces endroits pourris et ces gens qui galèrent.Un rafraichissement de mémoire utile  pour les petits français rêveurs que nous sommes !

Il y a du génie dans ce film, un peu de magie dans la réalité dure qu’on nous envoie, du rire et pas mal de fantaisie

Le grand monsieur qui nous a concocté ça rappelle ici son côté « street », la production du clip d’IAM (Je danse le mia) n’est pas si loin, et le! talent est toujours là !

MES RESPECTS

P.S: Pour les plus grands ( et riches)  fans vous pouvez maintenant faire l’acquisition des »Michel’s Notes from the Throne », pour la modique somme de 13.95$. Atypique et très utile.  C’est ICI !

Bonne soirée

L’Inde sur grand écran

Par défaut

Aller au cinéma au pays de Bollywood c’est quand même un truc à ne pas louper (même si c’est en Hindi ou en Ourdou et qu’au fond on pige pas grand chose)
On s’est donc rendu au célèbre Raj Mandir, le plus beau cinéma de l’Inde selon notre fidèle « Routard ».


Effectivement c’est dans le genre mille et une nuits et ça en jette quand on débarque dans le hall principal. Déjà qu’on est au Rajasthan connu pour son esprit millénaire du merveilleux, mais là ils ont mis le paquet !


Pour le décors donc on est servis, mais aller au cinéma en Inde c’est aussi une expérience conviviale. Qu’on se le dise la première attente des Indiens quand ils s’y rendent c’est de se divertir et en effets ils s’amusent bien. ça siffle, crie, rigole, commente à tout bout de champ. Ils sont a fond et nous on se marre bien aussi !

Niveau business ça marche aussi puisque »Bollywood » dépasse Hollywood au niveau de la production !


Après pour ce qui est du film vous êtes sûrement au courant que les scénarios sont pas poussés poussés. En résumé j’ai compris qu’il y a un héros super fort, qui tombe amoureux d’une fille super belle, et qui même si il est violent, a quand même un grand cœur et rétablit la justice partout où il passe (WAHOU !) tout ça avec des pauses musicales et dansées, ça c’est un vrai régal de couleur et d’ambiance: le cinéma là bas c’est avec le sourire !

Découverte de première importance à signaler aussi: THE point érotique de la femme dans la culture indienne c’est… les Hanches !!!
C’est rigolo de les voir tous devenir fou dès qu’une hanche apparait à l’écran et de se dire que même là dessus nos cultures sont vraiment aux antipodes !!!


Voilà les amis, je reviens demain avec un billet sur Jaipur, une des plus belles cité du Rajasthan !!

Bonne soirée